Accueil > Le coin des emplumés > Actions et études > Note sur le Circaète Jean-le-Blanc, en S&L

Note sur le Circaète Jean-le-Blanc, en S&L

vendredi 29 avril 2011

Plus grand rapace de Bourgogne, pouvant mesurer jusqu’à 1,95m d’envergure, le Circaète Jean-le-Blanc est un nicheur très rare dans la région. Unique rapace européen à se nourrir exclusivement de reptiles, il repère ses proies dans des milieux ouverts comme les pelouses calcaires, les friches, les garrigues, les rocailles et les prairies. Pour se reproduire, le Circaète Jean-le-Blanc recherche des zones de reliefs au climat chaud en été, composé d’un massif boisé relativement tranquille. Pour y construire son nid le circaète s’installe quasi exclusivement sur des Pins sylvestres.


Photo : Christian Gentilin

En Saône et Loire depuis plus de 10 ans des bénévoles et salariés de l’AOMSL, se consacrent à la recherche des couples de circaètes nicheurs. Il aura fallu 5 années de recherches pour enfin découvrir le premier couple dans notre département. Aujourd’hui nous recensons 8 couples en Saône et Loire.


Photo : Frédéric Tillier

En fin d’été 2010, Loïc Gasser observe le nourrissage d’un jeune, par les adultes sur un site encore inconnu, ce sera le couple n°8.
En avril 2011 les investigations reprennent, et après quelques heures de recherches nous découvrons que l’aire est installée sur un gros chêne, une première en Bourgogne ! Dès lors l’AOMSL suit la phase d’installation de ce couple, ainsi la construction du nid, la défense du territoire face à des individus étrangers, et les accouplements ont pu être observés de manière assidu. Ce couple représente ainsi un formidable sujet d’étude pour comprendre les moeurs de cette espèce en S&L.

Vidéos : Alexis Révillon

1 Message

  • Note sur le Circaète Jean-le-Blanc, en S&L Le 2 mai 2011 à 22:05, par Jacky KOLAR

    bien vu !.......voici un petit renseignement concernant la recherche du nid (arbre) dans un site , après avoir repéré le site :
    se rendre le matin de bonne heure (mais pas trop tot) vers 8h00 8h30 un jour de beau temps avec soleil. Mettre le soleil "dans le dos" et on repère souvent le mâle circa, grosse "tache" blanche dans la verdure du site , branché seul ... attendre parfois 1 bonne heure en observant : puis sans crier gare, le circa décolle soudainement et plane à l’horizontale, voire en lègère descente, et va dans un arbre . Si on entends quelques cris (hii ouuu, hi ouuu....) c’est sûrement là que se trouve le nid où est la femelle circa, qui en général ne bouge guère.
    "Mes" circaètes nichent l’un sur un épicéa, l’autre dans un pin . Quand le site est une grande pente, le mâle est souvent branché un peu plus haut pour surveiller le nid . En ce moment, c’est la période de la défense du site, avec de nombreux affrontements avec des corneilles, voire avec des buses parfois.
    Jacky Kolar (LPO)